L’iPhone sur les traces du Reflex…

Quel heureux propriétaire d’iPhone n’a jamais utilisé son téléphone pour immortaliser une scène de vie qui lui semblait digne d’intérêt photographique ? En effet, l’iPhone c’est aussi un appareil photo de 8 mégapixels qui offre le rendu d’un appareil photo numérique. Et aujourd’hui, il joue dans la cour des grands puisqu’un objectif Canon ou Nikon peut être positionné sur l’appareil via un adaptateur.

Vous pouvez vous procurer cet ensemble ingénieux (un cadre dans lequel se loge l’iPhone et un adaptateur monté sur ce même cadre) sur la boutique en ligne photojojo.com pour la somme de 200€ environ … et vous utiliserez bientôt votre objectif Canon EF 50 mm F/1.4 USM ou votre AF-S Micro Nikon 105mm F/2.8 depuis votre smartphone !

Si les iApps et le progrès incontestable de la qualité des photos de l’iPhone garantissaient déjà de très belles images, l’apparition de cet adaptateur offre en outre encore plus de possibilités à son utilisateur : la maitrise de la profondeur de champ via l’optique et non plus via le filtre numérique comme le proposent de nombreuses applications et la mise au point manuelle sont de véritables avantages pour les photographes en herbe.

Les amoureux de la photographie authentique s’exclameront certainement que rien ne vaut un bon vieux Reflex. Ceci dit, l’iPhone possède de nombreux atouts qui ne laissent pas indifférents à l’heure de la viralité et du digital : WiFi, 3G, transfert et partage des photos sur les réseaux sociaux, envoi par mms… La photo peut être «utilisée» sitôt prise en fonction de vos besoins et de vos envies.

Avec l’apparition ce nouveau gadget, que faire de son «vieux» reflex ? Et bien, gardez-le ! L’iPhone n’a pas la prétention d’égaler le reflex en verre optique, du moins pour l’instant…

Publicités

Un Smartphone pour un court-métrage d’une minute !

Depuis la mi novembre, les amateurs d’images et de nouveaux médias peuvent exercer leur talent à l’occasion du 7e Mobile Film Festival.

La solitude, la récession économique, l’infidélité… Autant de sujets traités avec originalité par les réalisateurs des films inscrits au festival.
Tenus par des contraintes techniques à faire frémir tout professionnel du milieu de l’audiovisuel (format 640×480 pixels, HD bannie), les participants ont pour mot d’ordre de laisser libre court à leur imagination et à leur créativité.
Face à eux, des internautes qui décerneront prochainement le prix du public et un jury de professionnels présidé par Danièle Thompson (à qui l’on doit notamment les scénarios de La Grande Vadrouille et des Aventures de Rabbi Jacob) qui votera pour le prix du meilleur film. Le lauréat repartira avec 15 000€ qui lui permettront de financer un court-métrage réalisé avec l’aide d’un producteur professionnel. Une belle récompense pour le vainqueur et la preuve que les nouveaux formats et les nouveaux supports de diffusion ont aussi leur moment de gloire !

Retrouvez les films et votez sur le site du festival